Devant l’actualité toujours plus oppressante, certains esprits curieux peuvent se poser la question suivante à savoir : Que recouvre la définition de terrorisme ? Les médias traditionnels semblent avoir la leur, personnellement je vais me borner à vous donner celle du Code Pénal et à vous en faire son interprétation en bon juriste que je suis.

D’après la loi, le terrorisme c’est ça :

Constituent des actes de terrorisme, lorsqu’elles sont intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur, les infractions suivantes :
1° Les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l’intégrité de la personne, l’enlèvement et la séquestration (…) définis par le livre II du présent code ;
2° Les vols, les extorsions, les destructions, dégradations et détériorations (…) définis par le livre III du présent code ;
3° Les infractions en matière de groupes de combat et de mouvements dissous définies par les articles 431-13 à 431-17 et les infractions définies par les articles 434-6 et 441-2 à 441-5
4° La fabrication ou la détention de machines, engins meurtriers ou explosifs, définies à l’article L. 2353-4 du code de la défense (…)
5° (…) 6° (…) 7° (…)

Je ne vous ai mis que les passages les plus significatifs, vous pouvez consulter l’Article 421-1 du code pénal pour un aperçu plus exhaustif.
Les bases étant posées, où veut-il en venir me direz-vous ? Eh bien c’est très simple :
Depuis le début de l’année, on observe de multiples « faits divers » que les gens comme les médias hésitent à qualifier d’attentats, préférant soi-disant attendre tous les éléments de l’enquête : attaques à la machette, agression à l’arme blanche sur des policiers ou des civils, « voitures folles », etc…
Les fameux « éléments de l’enquête » ? En gros ils se résument aux faits suivants : le suspect était-il « radicalisé » et donc lié à Daesh, ou bien était-ce un « simple » malade mental , sous-entendu soit un musulman modéré, soit une personne issue d’une religion autre que celle de Paix et d’Amour.
Autant de questions dont on attend les réponses pour qualifier ces actes immondes d’attentats et dont pourtant… on devrait se foutre royalement !

Et oui, relisez donc la description un peu plus haut.

Terrorisme = infractions ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur

Il s’agit donc de vouloir créer la peur par quelque moyen que ce soit, point barre. Un type qui fonce en bagnole pour « se suicider » dans un restaurant familial, c’est évidemment un acte de terrorisme, peu importe qu’on ait retrouvé un Coran ou une ordonnance sur le type.

Ce que l’on peut retenir de la définition légale, c’est que l’action :

  • peut être individuelle : nul besoin d’être en groupe et donc d’être relié officieusement ou officiellement à Daesh
  • doit être intentionnelle : à moins de prouver que vos freins ont lâché ou qu’une machette s’est retrouvée comme par magie dans votre main et a « glissé » dans la direction de votre victime, bon courage !

Or si Big Brother s’empresse de qualifier cela d’acte « non terroriste », c’est qu’il part donc sur le terrain de l’intention, donc de l’altération de jugement pendant l’acte. Cela vous fait passer de la case terroriste à la case aliéné mental, donc irresponsable pénalement de vos actes. Ah ça c’est sur, c’est bien pratique. Cela permet d’endormir les foules grâce à cet obscur jargon sémantique. « Emballez c’est pesé, donnez lui ses cachets et passons à l’affaire suivante ». Il suffit de trouver un psy complaisant (complice vous avez dit ?) et c’est plié. Rien que de très subjectif, autrement dit Big Brother a toute latence pour décider qu’est-ce qui est terroriste et qu’est-ce qui ne le serait pas.

Peuple français, réveille toi une bonne fois pour toutes : n’attends pas que l’État pose des définitions sur ce qui est déjà défini par la morale et le Code pénal.

Le terrorisme, c’est comme la merde : si ça y ressemble, si ça en a le gout et l’odeur, c’est que ça en est. Tout simplement.

Publicités