…Parce qu’on vous dit de le détester. Point final.

Mon article pourrait s’arrêter là : Il serait concis et juste. Toute ma démonstration à venir se résume en fait à cette unique phrase, mais je vais tout de même la développer un peu – en réalité la paraphraser – histoire d’expliquer aux sceptiques du fond la raison pour laquelle ils n’ont pas encore remarqué cette supercherie pourtant évidente.

Qui fabrique l’avis que vous avez – ou pensez avoir – d’une personnalité publique, qu’elle soit politique, artistique ou même criminelle ? Vous-même ? Faux. Je sais que vous avez cette prétention, mais veuillez avoir l’amabilité de me croire quand je vous dis qu’elle est infondée 99% du temps. Votre avis sur une personnalité est directement influencée voire même fabriquée intégralement par les médias. Ma théorie semble à première vue particulièrement fataliste, mais il y a une façon de quitter ce cercle vicieux, il y a une alternative : se tenir informé. Aller soi-même à la recherche des sources, consulter divers médias, français comme étrangers, de gauche comme de droite, puis essayer de croiser les infos pour tenter d’être au final le plus objectif possible. Ça parait simple ? Hélas ça ne l’est pas pour une très grande partie de la population, et probablement pour vous aussi. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous êtes un gros flemmard et que vous avez pris l’habitude qu’on vous mâche le boulot. C’est crevant de faire de multiples recherches et de forger sa propre opinion, autant lire Libé et Le Monde ou bien regarder le JT de Pujadas pour savoir quoi penser de qui. C’est plus confortable. C’est un gain de temps. Non ? Non ???

Je sais ce que vous vous dites à ce stade de l’article : l’auteur est sacrément arrogant pour se croire au dessus des principes qu’il dénonce. En réalité ce n’est pas le cas et pour illustrer cela je vais prendre un exemple concret, ce sera plus simple. Prenons Dieudonné : très franchement, je n’ai regardé aucun de ses sketchs, ni à l’époque d’Elie, ni maintenant qu’il est devenu « polémique ». Je ne me suis jamais intéressé à ses vidéos youtube, à ses déclarations, à ses procès, tout simplement parce que j’avais d’autres chats à fouetter. C’est mon droit, d’autant plus sachant qu’il s’agit d’un simple « artiste » et non d’un candidat politique pour lequel je serais potentiellement amené à voter (c’est le sujet principal du post, j’y reviendrai). Bref Dieudonné je m’en branle, et pourtant j’ai une opinion négative du personnage. Pourquoi ? Comment ? Comme vous, à cause (ou grâce diront certains) de nos chers médias si impartiaux. Le débat n’est pas de dire si réellement Dieudonné est un salaud, c’est peut-être le cas, je m’en contrefous. Je dis juste qu’alors même que je ne me suis jamais penché sur l’œuvre ou les propos de ce type, les médias ont réussi à me fabriquer une opinion que j’ai aujourd’hui de lui, sans le moindre recul. Ne m’y intéressant pas davantage, je ne vais pas creuser le sujet et donc ne changerai probablement jamais d’avis.

En gros, Dieudonné est un gros con, je le déteste, même si en réalité je ne sais même pas pourquoi. Vous voyez ou je veux en venir ? Ok, abordons le sujet principal…

Donald Trump donc. Statistiquement, il y a de fortes chances pour que toi, cher lecteur, cultive une certaine antipathie pour le personnage et souhaiterais qu’il ne soit pas élu (voire si possible écrasé par un char) quand bien même tu serais clairement orienté à droite. Ne parlons même pas des lecteurs de Télérama ou des spectateurs de Yann Barthès, vous pensez que Trump est pire qu’Hitler et Staline réunis.

Pourquoi pensez-vous cela ? Parce que les médias français vous somment de penser cela. C’est triste, mais ça se résume à ça. Souvenons nous à présent, et j’en ferai un article complet à l’occasion, que la quasi-totalité des médias français appartiennent à une poignée de gens ou de groupes qui sont en réalité presque tous de gauche et donc au service docile de l’Etat. Si vous ne me croyez pas, voila déjà  un indice avec ce lien illustrant la fameuse « pluralité d’opinions » dont se revendique la presse française :

https://rsf.org/fr/donnees-classement

Oui vous avez bien lu,  concernant la liberté de la presse nous sommes classés 45e au niveau mondial, derrière respectivement le Burkina Faso, le Botswana, et Trinité-et-Tobago. Ça fait rêver.

Voila donc pour l’indépendance de la presse, et on l’imagine, des médias français en général. Et donc pourquoi les médias font-ils en sorte que vous haïssiez Trump, en relayant systématiquement des informations dégradantes le concernant, en déformant la réalité, et en portant aux nues cette salope capitaliste dénuée de scrupules de Clinton ? Voila déjà un début d’explication – même si en réalité c’est un peu plus complexe : Parce que dans la tête des médias et des gens, la personne dont se rapproche le plus Donald Trump, en France, n’est autre que Marine LePen. Être en faveur de Trump et de son programme anti-immigration (entre autres) c’est être en faveur du FN. Les médias ont peur de ce raccourci intellectuel, ils craignent le vote FN qui selon toute probabilité enverra l’amie Marine au second tour des présidentielles avant d’être balayée par un « sursaut républicain » qui aura pour nom Alain Juppé. Et donc si vous commencez à apprécier Trump, le gouvernement/les médias/leurs potes collabos – appelons les Big Brother pour simplifier – a peur que vous appréciez également LePen et que vous finissiez par voter pour elle. Tout simplement. Si vous avez un doute, intéressez-vous donc à la dernière élection autrichienne et aux réactions de la presse française.

Trump est le cauchemar des gauchistes, donc du gouvernement, donc des médias, donc de vous : simple comme bonjour.

Ce cher Big Brother passe en réalité son temps à salir et à rabaisser toute idéologie qui serait contraire à la sienne, l’humaniste, la bienpensante, la supérieure, et tout le monde trouve ça normal puisque Big Brother a remplacé leur sens critique. Il suffit de voir le sort réservé à ce bon vieux Poutine : quand il s’agit de s’allier avec lui pour botter le cul de ces salauds de Daesh en Syrie, tout le monde est content. Le reste du temps, quand il s’agit de commenter ses actions dans son propre pays, c’est un salopard de la pire espèce. Paradoxal vous avez dit ? Attention, je ne suis pas en train d’essayer de prouver que Trump ou Poutine sont des braves types, ce n’est pas la question. Je vous demande juste de vous forger une opinion par vous-même, sans qu’on vous en fabrique une servie sur un plateau. Je suis persuadé qu’aucun d’entre vous n’a lu en détail le programme politique de Trump, et je le sais parce que vous ne lisez même pas les programmes des hommes politiques français que vous êtes susceptibles d’élire en 2017.

Concernant les États-Unis, la plupart d’entre vous ne connaissent sans doute pas tous les scandales qui gravitent autour de cette chère Hillary, décrite par beaucoup d’intellectuels dans son pays comme la plus corrompue des candidats s’étant jamais présenté aux élections présidentielles américaines. Renseignez vous sur son rôle dans le conflit syrien et la tentative de renversement d’Assad. Renseignez-vous sur sa volonté de déclarer la guerre à l’Iran. Sur les financements et investissements de sa fondation. Sur la fameuse affaire des e-mails et les accusations portées contre elle pour Haute Trahison contre son propre pays. Personne n’est tout noir ou tout blanc. Et peut-être, je dis bien peut-être qu’au final Trump n’est pas le plus mauvais choix pour l’Amerique, loin de là.

Dans tous les cas nous n’avons pas notre mot à dire. Nous ne sommes que les spectateurs passifs d’une élection se déroulant dans un continent si important (à tous points de vue) que son issue risque probablement de changer la face du monde dans les années à venir. Mais nous avons cependant un rôle à jouer dans l’élection nationale en France, ce pauvre petit pays  en voie de colonisation et pour lequel l’espoir ne semble même plus permis. Dès lors c’est à toi de jouer cher lecteur, à partir du moment ou tu auras réuni le plus d’informations possibles sur le futur successeur de Flanby, informations si possibles impartiales (on a le droit de rêver…) Et alors tu feras ton choix – bon ou mauvais.

Ou alors tu regarderas TF1 comme tout le monde, qui t’expliquera qu’Ali Juppé est notre seule alternative, et tu iras glisser un bulletin en sa faveur sans trop te poser de questions puisque de toutes façons, les questions c’est trop fatigant.

PS : Allez, consolez-vous en vous disant qu’il n’y a pas qu’en France qu’on vous prend pour un crétin fini à la pisse et qu’on vous dit qui aimer et pour qui voter. Regardez cette vidéo tournée avec  des « stars américaines » dévoilée il y a quelques jours, et clairement en faveur de l’un des candidats ( je vous laisse deviner lequel ) et… non il n’y a rien à rajouter, le clip parle de lui-même. C’est con, avant je te trouvais cool Robert… mais ça c’était avant…

 

PS 2 : Je fais état dans l’article de l’indécente partialité de la presse française , je ne ferai pas de second article sur la presse américaine qui est largement aussi corrompue ( voyez le classement : 41e…) et me contenterai de vous suggérer cette courte vidéo qui résume le traitement grossier des médias concernant la campagne US à savoir les accusations de copinage et l’influence « subtile » sur l’opinion de l’électeur moyen :

Publicités