Commençons par le début et par un rapide cours d’Histoire : qui donc était ce fameux maréchal Pétain, que la mémoire populaire et les manuels scolaires ont fini par ranger dans la case « collabo, traitre à sa patrie et salopard de la pire espèce ? »

Et bien figurez-vous qu’à la base, c’était un héros de guerre. Un homme charismatique, admiré par la classe politique, respecté par ses troupes. En 1916, il est l’un des commandants victorieux de la bataille de Verdun. En octobre 1918 et d’après l’historien Marc Ferro,  il préparait une « grande offensive qui aurait mené les troupes franco-américaines jusqu’en Allemagne. Prévue à partir du 13 novembre, elle n’a pas lieu puisque, contre son avis, Foch et Clemenceau ont accepté l’armistice demandé par les Allemands. » Même après sa trahison en 1940, il conservera l’admiration de De Gaulle qui dira de lui : « Malgré tout, je suis convaincu qu’en d’autres temps, le maréchal Pétain n’aurait pas consenti à revêtir la pourpre dans l’abandon national. Je suis sûr, en tout cas, qu’aussi longtemps qu’il fut lui-même, il eût repris la route de la guerre dès qu’il put voir qu’il s’était trompé, que la victoire demeurait possible, que la France y aurait sa part »

Ou est-ce que je veux en venir me direz-vous ? A une tentative un peu maladroite de réhabiliter ce bon vieux maréchal ? Non, j’essaie juste de nuancer le propos, d’expliquer que « tout n’est pas tout noir ou tout blanc. » Les héros d’un jour peuvent très rapidement devenir les parjures de demain… cela s’applique à un paquet d’hommes célèbres qui ont un jour impacté l’Histoire avec un grand H :

Pétain était vraisemblablement persuadé de faire le bien. L’enfer est pavé de bonnes intentions dit le dicton.

Car oui, d’une part il faut quand même le rappeler, si le maréchal a accepté la capitulation de la France c’était avant tout et selon lui, pour la sauver. Pour mettre fin à une guerre qu’il considérait comme perdue d’avance. Pour protéger ses concitoyens, civils comme soldats, de possibles pertes humaines quitte à se draper dans le déshonneur. L’Histoire nous prouvera qu’il avait tort et comme le disait si bien Churchill :

« Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. »

La situation de l’époque me parait là parfaitement résumée. Et à ceux qui se demanderont, pourquoi d’une part le gouvernement de 1940 a été assez fou pour céder les clés du Palais au maréchal et pourquoi la population l’a semble-t-il plutôt bien accepté, il convient de citer l’historien Olivier Wieviorka: « Il est hors de doute qu’une majorité de Français, sonnés par la déroute d’une armée qu’ils croyaient invincible, a accueilli l’armistice comme un soulagement, de même que le maintien d’un gouvernement français dirigé par un sauveur providentiel et susceptible à leurs yeux de faire écran entre eux et l’occupant. Très peu ont perçu sur le coup que le retrait de la guerre condamnait le pays à une longue occupation nécessitant l’entente avec le vainqueur. »

Bref en ce temps-là, même après l’Armistice Pétain continuait a être plutôt bien considéré. Et même quand les fruits de son « travail » ont fini d’être récoltés et qu’on a vu le bazar qu’il avait laissé derrière lui, à la question posée de savoir s’il faut infliger une peine au maréchal en septembre 1944, un sondage de l’IFOP recueille 58 % de réponses négatives.

Que faut-il en retenir ? Eh bien que l’opinion populaire est changeante, façonnée qu’elle est par les manuels d’Histoire, et surtout qu’elle a la mémoire bien courte. Très très courte. Maintenant je vais m’attaquer à la deuxième partie de ma démonstration, en parlant du gouvernement actuel.

Oui je compare sans détour le gouvernement Hollande au régime de Vichy, et non je ne fais ni dans l’exagération ni dans la provocation gratuite. La plupart de mes arguments se trouvent réunis dans mon précédent post « la gauche m’a tuer », ou j’y résume l’imposture gauchiste depuis des dizaines d’années, voire depuis la fin de la Seconde Guerre, même si la Droite a fait pas mal de dégâts également. J’y dénonce en vrac l’achat éhonté du vote musulman par une politique clairement en leur faveur (constructions de mosquées, liberté de culte jusque dans le port de burkas et autres burkinis, investissements massifs dans les ZEP) , l’achat de la paix sociale dans les cités en délaissant les zones de « non droit » aux mains des trafiquants et en favorisant une justice laxiste qui s’en prend davantage aux victimes qu’aux bourreaux. En gros, l’achat, l’achat, l’achat : le compromis à outrance plutôt que la guerre civile. La soumission la plus totale plutôt que l’insurrection. Vous voyez le parallèle que je suis en train d’établir ? Bien.

Je mentionnais également Yann Barthès dans le titre du post, et ce pour plusieurs raisons. Aujourd’hui plus que jamais, la politique est affaire de communicants : on l’a bien vu, Hollande est aussi charismatique qu’une loutre de mer et lorsqu’il ouvre sa bouche, c’est plus efficace qu’une poignée de somnifères. Valls est légèrement moins gauche (ahah) mais ça ne suffit pas à inverser la vapeur : pour étayer son propos et donc son programme de soumission intégrale, le gouvernement a besoin de la Voix, celle qui parlera à ce peuple qui se croit intellectuellement supérieur et moralement indépendant alors qu’ironiquement c’est tout l’inverse : citons pêle-mêle les bobos, les étudiants cherchant une cause à défendre, les spectateurs de Canal en général. Une majorité qui est maintenant devenue minorité et qui se plaint que la majorité est devenue la « fachosphère », nouvel adjectif à la mode pour désigner l’opinion populaire qui va à l’encontre du pouvoir en place.

Et donc qui de mieux que le brave Yann pour représenter la Voix, la morale supérieure, le « décryptage de l’info » comme le disent si bien les médias ? Quand on crame des flics à coups de cocktails molotov, l’ami Yann produit un billet d’humour ou ses sbires comparent Robert Ménard à un nazi (tiens donc!) traitant les migrants de la même façon que les juifs en 1940 : on lui rappellera gentiment qu’en vrai et contrairement à son laïus minable, l’équivalent des juifs de 1940, ce sont les français de souche de 2016 mais passons. Christiane Taubira a démoli le système judiciaire et contribué à laisser en liberté des tarés, violeurs et autres  assassins victimes de la Société ? Invitons la à la première de ce sinistre spectacle qu’est « Quotidien » et présentons la comme une battante courageuse. Et toujours avec ce même ton hautain et condescendant qui semble à la fois vouloir crier son mépris à la face du monde, y compris ses propres spectateurs, mais également le fait que même si on lui fout des chiffres et des contre-arguments sous le nez le mec s’en fiche comme de l’an 40. Il a décidé qu’il avait raison, il a a raison. Point final. Et tant pis si tous les sondages mettent Marine LePen au second tour, la majorité des gens sont des cons incapables de voir la vérité vraie et il vaut mieux consacrer de longs reportages aux « pauvres syriens » pris dans les décombres d’Alep qu’à la politique extérieure désastreuse de Flanby quant à ses relations fluctuantes avec Poutine.

Barthès, le gendre idéal, l’objecteur de conscience, le rebelle en costard cravate ? Continuez à y croire si ça vous chante, la vraie version est la suivante : Barthès est la pute du système, le cynique qui vante l’accueil des migrants et pourrit le FN à longueur de journée mais qui vit dans le 16e et met ses gosses dans un collège privé rempli de gentils petits blancs… est-ce ce genre de contradictions qui fait rêver le spectateur lambda ? Il faut croire que oui vu les parts d’audience de ce Che Guevera de façade. En vérité, ce n’est que le bras armé de la propagande gauchiste pro-suicide collectif. Ce n’est que le sinistre émissaire de Flanby le digne héritier de Philippe Pétain. Un parmi d’autres (Ruquier, Hanouna, Cohen et j’en passe) qui profitent à fond du système avant qu’il ne s’effondre, tout en passant leur temps à nous donner des leçons à nous la plèbe, connards de patriotes qui n’avons décidément compris rien à rien.

La différence avec vous c’est que le jour ou ça va péter pour de bon, et je vous garantis que ça va arriver plus vite que prévu, ces connards pleins aux as auront les moyens de rejoindre leurs potes Noah et Zidane biens au chaud aux Etats-Unis. Mais pas vous. Vous, vous resterez avec la merde qu’ils vous ont laissé, avec ce pays rempli de morale bienpensante mais surtout de migrants prêts a tout pour survivre y compris vous défoncer la boite crânienne, et de musulmans intégristes prêts à faire régner la charia partout dans le pays. Ce jour-là, les donneurs de leçons seront loin. Et vous, vous serez mort.

Au final et pour réunir les deux parties de ma démonstration, on pourrait résumer la fin de carrière de Philippe Pétain comme telle : le maréchal a acheté la paix en France (enfin, a cru l’acheter) en acceptant la soumission face à l’ennemi nazi, pensant bien faire. « Pensant bien faire »… je ne pourrais accorder autant de crédit à Hollande et à son gouvernement de bras cassés qui à mon sens savent très bien ce qu’ils font : profiter du temps présent, s’accrocher au pouvoir, quitte à niquer la France et les français jusqu’au trognon. A la fin, malgré ses intentions initialement louables et sa brillante carrière, Pétain a terminé sa carrière comme un traitre et un lâche, sacrifiant son pays aux mains d’une puissance étrangère en vue d’obtenir une paix illusoire. Et maintenant je vous pose la question, que croyez-vous qu’Hollande,Macron et leurs comparses sont en train de faire actuellement?

PS : encore un doute ? Ci-joint un article sur la schizophrénie latente de notre cher chef de l’État…

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/10/12/31001-20161012ARTFIG00292-immigration-l-incroyable-aveu-de-francois-hollande.php

Publicités