Tels sont les mots qu’emploie l’auteur Laurent Obertone en préface de son nouvel ouvrage, Guérilla. Simple, concis, efficace. Je me permets de reprendre ses mots car à mon sens ils vont illustrer à merveille le sujet dont je vais vous parler, mais avant cela et puisqu’on parle d’Obertone, une petite analyse de son œuvre s’impose. Déjà auteur des fabuleux « la France Big Brother » et « la France Orange Mécanique » ou il dénonce successivement l’influence insidieuse des médias et la montée de l’ultra-violence dans notre pays (deux thèmes qui me sont chers), il va cette fois encore plus loin dans cette œuvre de fiction sans concession. « De fiction » parce qu’il imagine des personnages et des situations, mais au final hélas, trois fois hélas, pas tant que ça. Comme il le dit lui-même, l’histoire qu’il y décrit, la France en pleine guérilla, en guerre civile façon Moyen-Age sans pitié ni remords, c’est un scénario éventuel qui au fil des années et de la politique toujours plus désastreuse dans notre pays devient peu à peu un scénario probable. Une sorte de cataclysme inéluctable, de fin de civilisation annoncée.

Libre à vous d’être aussi fataliste ou non que l’auteur, vous aurez compris que c’est mon cas mais quoi qu’il en soit et quelles que soient vos opinions politiques ou votre philosophie de vie, je vous recommande chaudement cet ouvrage qui en ces périodes troubles me parait hautement indispensable. Comme je suis un mec sympa, je vous mets le lien ci-dessous, et vous précise au cas ou que je n’ai aucun lien familial avec Obertone et ne toucherai aucune dividende sur la moindre de vos transactions 😉

Guerilla (lien Amazon)

Ceci étant posé, je rebondis sur les propos de cet auteur cher à mes yeux, car je pense que cette phrase pourrait, en plus d’être la préface de son livre, la préface de mon blog. Je m’explique : je suis conscient de choquer pas mal de sensibilités et d’idées reçues avec ce blog, je sais que je vais vexer des gens voire me heurter à la vindicte populaire . Je sais très bien tout ça, et croyez-le ou non, ce n’est pas un but en soi.  Comprenez bien que tout cela constitue un dommage collatéral, non un objectif. Mon objectif, parce que vous vous doutez bien qu’il y en a un derrière tout ça, c’est de vous inviter à réfléchir. De vous alerter sur l’état réel du monde dans lequel nous vivons, et non le fantasme entretenu par ces connards de médias et autres politiciens véreux et carriéristes. De vous inciter à vous préparer à ce qui pourrait se passer dans les prochaines semaines, mois, années, dans notre cher pays, si nous ne réagissons pas. En gros ce que j’essaie de vous expliquer bande d’ingrats, ce que je tente de faire au moyen de ce blog ou des discussions de comptoir que je peux avoir avec certains d’entre vous dans la vie réelle… c’est de VOUS SAUVER.

Croyez-le ou non mais derrière le salopard haineux que certains croient parfois déceler derrière ces lignes se sache en fait, o surprise, un humaniste. Même si parfois certains me font profondément chier de par leur ignorance et leur aveuglement le plus total, même si souvent ils font la sourde oreille quant à mes invectives malgré ce que j’ai vécu, j’ai quand même le maigre espoir d’essayer de les aider à  s’en sortir, à ne pas se laisser aveugler par cette douce illusion que la violence se tiendra toujours loin d’eux. Les aider à survivre, tout simplement, parce que c’est bien de ça dont on parle au final aujourd’hui, pas de politique, de religion ou quel que soit le sujet, on parle de SURVIE les mecs, purement et simplement.

La plupart des lecteurs de ce blog me connaissent et savent ce qui m’est arrivé le 13 novembre 2015. J’ai passé des heures durant planqué sous des vivants et des morts à attendre que les forces de l’ordre interviennent, pendant qu’une bande de fils de pute  tiraient à la louche sur des innocents au nom d’une guerre qui les dépasse et d’une religion fondamentalement dangereuse et intégriste. J’aurais bien voulu pouvoir réagir, contre-attaquer, m’enfuir, mais je n’ai rien pu faire à cause d’une bande de victimes qui m’ont malgré eux immobilisé. Au final je m’en suis sorti mais j’estime que c’est de la pure chance. J’ai failli crever certes à cause des arabes derrière leurs kalachs, mais aussi à cause de ces bobos qui, paralysés par la peur, n’osaient pas bouger et me bloquaient les jambes, et donc par conséquent toute tentative aussi désespérée soit-elle.

L’impuissance devant les événements.

C’est le pire sentiment qui soit, surtout quand cette impuissance  vous ôte toute chance non seulement de vous sauver vous, mais surtout de pouvoir sauver la personne qu’on aime. Le but de ce blog notamment, c’est que personne parmi vous ne revive jamais ce que j’ai vécu le soir du 13 novembre. Que personne ne ressente ce cruel sentiment d’impuissance le moment venu. Ça veut dire d’une part et de façon purement littérale, que personne ne crève plus jamais d’un attentat mais ça je n’y peux pas grand chose à moins que vous filiez tous à la minute vous planquer dans une grotte au fin fond du Cantal (et encore j’ai peur que ça ne suffise pas…). Ça veut dire aussi et d’autre part, vous aider à devenir un peu moins impuissant face à la violence et à la Guerre qui arrive à vitesse grand V. Croyez en son existence ou non, mais ayez au moins la décence de croire qu’un mec qui a failli crever le soir de l’attentat le plus sanglant de France a pris soin de bien se tenir informé depuis presque un an de l’état véritable de son pays quant aux questions de justice, politique, sécurité et compagnie.

Croyez moi quand je dis que je sais ce que j’écris. Vous n’imaginez peut être pas la Guerre si proche, mais vous savez que c’est possible alors même dans le doute, commencez à vous préparer. Pensez aux divers plans B, aux potentiels endroits à éviter, équipez vous d’armes blanches ou d’armes à feu pour le Jour fatidique ou votre pensée pacifiste et vos belles paroles ne suffiront plus à arrêter l’ennemi. Arrêtez de croire que votre petite existence tranquille loin de tous conflits est éternelle et commencez à vous dire que si c’est arrivé à moi, ça peut vous arriver à vous. Je n’essaie pas de faire en sorte que vous ayez des cauchemars la nuit et que vous alliez consulter, non, j’essaie de faire en sorte que vous preniez conscience de certaines réalités et que vous y fassiez face, parce que c’est important même si ça fait mal, même si ça heurte votre petite sensibilité de bourgeois bienpensant.

Comprenez une chose, n’en retenez qu’une seule s’il le faut : je suis prêt à me faire détester de vous tous si ça peut en sauver ne serait-ce qu’un seul d’entre vous. Mettez vous ça dans le crane une bonne fois pour toutes. Je ne prétends pas être un héros ni avoir une morale supérieure, je laisse ça aux victimes gauchistes. Non, je souhaite seulement faire partie du camp vainqueur à la fin de la Guerre et vous savez aussi bien que moi que nos chances s’amenuisent de jour en jour. Alors même si cela semble dérisoire, continuez de lire ce foutu blog parce que j’ai la prétention de penser qu’en tant que victime directe d’un attentat qui a pris le temps de réfléchir sur son sort, je peux peut-être aider certains à faire face à ce chaos de par mon expérience et les infos que j’ai su rassembler. Et si j’ai réussi à vous convaincre (ou pas d’ailleurs), n’hésitez pas à diffuser ce blog, à partager les articles, à le commenter. Propagez la bonne parole aussi loin que possible. Ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons.

 

maxresdefault

Publicités