Salut à Toi, jeune rebelle prétendument anti-système. Qu’est-ce que tu fiches ici ? Probablement que tu n’es pas un client habituel de ces lieux. Probablement que si tu es ici, devant cet article, c’est qu’un ami à toi a jugé bon de te renvoyer vers ce lien en te disant « Lis, c’est ton portrait craché ! ». Et peut-être aussi qu’il a tort mais maintenant il est trop tard, tu es piqué au vif : Toi aussi tu veux savoir si tu es un vrai rebelle, un dur de dur, un chevalier de la Liberté et de la Justice ou juste un pauvre cassos pathétique. Avoue, il y a une des deux options qui te tente plus que l’autre. Fais donc le test suivant et essaie de te reconnaitre dans les affirmations suivantes, tu sauras à la fin qui tu es vraiment…

  • Contrairement à une grosse partie de l’opinion populaire actuelle, tu soutiens l’arrivée et l’accompagnement des migrants en France. Tu traites de fachos tous ceux qui s’opposent au mouvement migratoire et rappelles à qui veut l’entendre que tels les américains en leur continent, en France nous sommes tous des fils de migrants. Tu oublies sciemment de préciser que les migrants en question, qu’ils soient italiens, polonais ou que sais-je encore, n’étaient pas des adeptes de la charia, du voile intégral, ou de la lapidation publique. Que lorsqu’ils sont arrivés en France ils ne foutaient pas constamment le bronx en s’attaquant aux français de souche mais tentaient au contraire d’être assimilés à ce beau pays, par opposition à l’intégration dont on nous rabâche les oreilles et qui de toute évidence ne fonctionne pas. Mais ça tu t’en fous, tu te drapes dans ta dignité de Sauveur Populaire même si tu sembles vite oublier que ce n’est pas avec ton pognon à toi que les migrants seront nourris et logés, toi l’étudiant en philo, le dealeur de shit, le bénéficiaire de minimas sociaux et autre branleur idéologique. Tu es pour l’apparition un peu partout de centres d’accueil même s’ils sont loin de chez toi, SURTOUT s’ils sont loin de chez toi, parce que la misère c’est sympa mais surtout quand elle vient s’étaler dans nos campagnes, chez ces cons de paysans, et pas dans nos rue à nous. On veut bien les aider les migrants, mais de loin hein. En manifestant, mais de préférence la semaine quand y’a école, parce que le week-end faut se reposer. Bref, au final je sais pas si t’es bien un fils de migrant mais ce qui est sur c’est que t’es un sacré fils de pute.
  • En parlant de manifestation, ça on peut dire que c’est ton moteur, ta raison de vivre. Peu importe qui t’intime l’ordre de manifester, tes parents, tes profs, ton syndicat, voire ton propre gouvernement (même si tu ne t’en rends pas compte au premier abord) : tu manifestes et tu restes persuadé que c’est de ton propre chef, que cela est né de ta propre réflexion même si on te fout toutes les preuves du contraire sous le nez. Forcément, la loi Travail tu t’es senti concerné même si tu n’as jamais bossé un seul jour de ta petite vie. Tu es sorti crier ta colère, casser quelques poubelles, sécher les cours, le tout en te sentant utile et moralement supérieur. Tu as le sentiment de te battre pour les autres, même si tu n’as jamais lu une seule ligne de cette fameuse loi Travail mainte fois remaniée, même si tu t’es contenté de lire le résumé pondu par Rue89, même si en vérité tu n’as absolument aucune idée de la façon dont laquelle son application pratique va modifier ton parcours professionnel. Non, tu te bats parce que tu as besoin de te battre, un peu comme ce chien à qui on donne un os à ronger pour qu’il nous foute la paix. Tu sens bien que ta révolte adolescente n’est pas terminée même si tu as la vingtaine passée, alors il faut que tu trouves une cause à défendre, quelle qu’elle soit…même si au final tout cela a été vain et que la loi Travail est passée en loucedé en plein été pendant que tu bronzais avec tes copains contestataires. Tu t’en fous, tu trouveras bien un autre prochain combat inutile. Tiens c’est cadeau : http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2016/07/06/29002-20160706ARTFIG00224-ce-que-contient-la-loi-travail-adoptee-par-l-assemblee-nationale.php
  • Tu détestes les flics, ces sales porcs fascistes tout juste bons à casser du bougnoule et à taper sur tes amis les gentils manifestants-qui-n’ont-pourtant-rien-fait-pour-les-provoquer. Tu oublies bien vite que le flic en question est un être humain comme toi et moi, qu’il a une famille, des sentiments. Tu oublies qu’il risque sa vie tous les jours pour un salaire de merde à protéger des ingrats dans ton genre qui les détestent, mais bizarrement qui n’oublient pas de les appeler en renfort quand ils se font molester par une dizaine de chances pour la France. Tu oublies qu’aujourd’hui le flic en question n’est plus le chasseur mais la proie, qu’il se fait insulter, caillasser, qu’on lui fout le feu et ce, dans l’impunité et l’indifférence la plus totale. Tu oublies que le CRS qui a gazé ton petit copain ne dort même plus la nuit depuis le 13/11/15, qu’il est constamment sollicité, harcelé par sa Direction comme par des milliers de petits branleurs dans ton genre. Que même le plus zen des moines bouddhistes, devant autant de provocations gratuites et répétées, aurait cédé bien avant lui et t’aurait pulvérisé la tronche. Non tout ça tu t’en moques, même quand les flics manifestent dans la rue pour crier au pays entier leur détresse et leur manque de moyens. Tu préfères te voiler la face et croire en TA Vérité, puisque qu’on t’a appris qu’il n’y a que les cons qui changent d’avis… A moins que ça ne soit l’inverse ??
  • Question parti politique, tu as tes idées bien à toi. D’une originalité et d’une partialité à toute épreuve : tu es anti-FN. Le reste ? Tu ne sais même pas de quoi ça parle. A la limite tu es vaguement écolo parce que la nature tu trouves ça cool (enfin, surtout la fumer); au pire tu penses que c’est plutôt cool et anti-système de t’afficher d’extrême gauche au coté d’un JL Mélenchon. Après tout c’est vrai, il est moins ringard qu’un Robert Hue et il est plutôt marrant quand il s’emporte dans les débats. Bon concernant son idéologie communiste à la con, tu es comme tout le monde tu ne sais pas trop de quoi ça parle mais tu trouves Jean-Luc cool, alors tu es communiste. Et puis à quoi bon porter un keffieh si tu n’as pas ta carte au parti ? T’aurais l’air de quoi ? Bref tu as décidé, pardon le gouvernement/tes profs/tes parents/les médias/rajoute-tout-ce-que-tu-veux-ça-marche-aussi ont décidé que le FN c’était le Diable en personne et que c’était l’ennemi à abattre. Peu importe après tout que les attentats et autres crimes crapuleux depuis toutes ces années soient le fait d’islamistes et autres racailles d’Afrique du Nord, tu persistes à penser que c’est de l’extrême droite dont il faut se méfier en priorité. Tu oublies de mentionner que le FN n’a jamais été au pouvoir et que partant de là, il ne peut rien avoir à se reprocher, contrairement à un certain gouvernement de gauche dont la politique a mené à la situation que l’on connait et dont le chef d’Etat est crédité de 4% d’opinion favorables. Peu importe, tu ne te confrontes pas à une situation donnée à un moment donné, tu te confrontes à des idées qu’on t’a enfoncées dans le crâne à coups de burin dès ton plus jeune age. C’est comme ça que tu fonctionnes et tu ne vas pas changer maintenant, merde ! Et peu importe également si on te rappelle que ta chère orientation politique que tu affectionnes tant, le communisme, est à l’origine de dizaines de millions de morts dans le monde… Tu vas me sortir l’argument FN=Hitler=génocides ? Pas de bol, Mao a été bien plus productif que notre copain à la fine moustache (et Staline était pas mal non plus). A ma connaissance, ces deux gusses n’étaient pas nationalistes mais faisaient partie de ton « camp »:  http://www.lepoint.fr/societe/les-quatre-sanguinaires-04-08-2011-1361749_23.php
  • J’ai gardé le meilleur, ou plutôt le pire pour la fin : la semaine suivant les attentats du 13 novembre, pendant que tes petits copains se dépêchaient de créer des hashtags JeSuisParis ou faisaient des cœurs avec leurs mains, tu es allé encore plus loin dans l’ignominie en te scandalisant du fait qu’on se focalisait sur les quelques centaines de morts en France mais que personne ne parlait des milliers de victimes en Afrique. A ce moment-là tu t’es persuadé de ta bonne foi et de ta prétendue morale supérieure, sans t’interroger une seule seconde sur le degré d’indécence de ta pseudo-réflexion, sans te soucier une minute du mépris affiché pour tes concitoyens et de l’incroyable violence verbale infligée aux victimes françaises. Essaie de t’imaginer un peu, parler du sort des africains pendant que des français meurent sur ton propre sol arguant du fait que ce qui arrive aux premiers est encore pire, c’est un peu comme si en 1940 tu disais aux juifs qui se faisaient emmener dans les Fours : « Hé les gars arrêtez de vous plaindre, il y a pire que vous il y a les ukrainiens ! ». Si tu ne sais pas de quoi je parle, wikipedia est ton ami : https://fr.wikipedia.org/wiki/Holodomor
  •  Oh, et il y a encore pas mal de choses à dire sur toi courageux petit blanc privilégié qui passe son temps à se battre pour les autres mais qui baisse les yeux dès qu’on lui demande son portefeuille ou qu’une nana se fait violer dans sa propre rame de métro. Il y aurait encore pas mal à te reprocher mais j’imagine que ce serait comme tirer sur l’ambulance : Ta simple existence est en soi une punition, pour toi et pour ceux qui t’entourent. Si jamais tu as eu le malheur de te reconnaitre dans ces quelques lignes, souviens qu’un jour viendra, pas si lointain, ou tu ne disposeras plus du luxe de pouvoir te draper dans ta supériorité morale et de faire la leçon aux vieux cons que nous sommes… ce jour-là et si tu continues dans cette voie, tu n’auras plus d’amis : Ni les flics censés te protéger mais sur qui tu craches à longueur de journée, ni les patriotes et autres pro-FN sur qui tu chies allégrement mais qui seront les seuls le jour venu à sortir les fusils et à défendre les leurs, ni les migrants et autres racailles que tu défends à longueur d’année mais qui au mieux n’en auront rien à foutre de ta gueule, au pire te crèveront dès qu’ils en auront l’opportunité. Tu connais l’expression « être pris en sandwich ? » Ben c’est toi mon pote, et t’auras droit à un supplément ketchup le Jour où ça pétera. Et ce jour-là, tu pourras pas dire que t’auras pas été prévenu.

    Oh ça non.

Publicités