« Black M, mon cher Black M, je t’écris ce billet doux en réaction à la diffusion de ton dernier clip accompagnant ton single Je suis chez moi.
Enfin quand je dis clip, je pense que le qualificatif d’étron lui conviendrait mieux tant il colle à la peau de ta production musicale depuis de nombreuses années déjà.

Commençons par les paroles de ta chanson qui soi-disant prône la tolérance et le vivre ensemble… enfin à première vue et pour ceux qui ont des œillères sur les yeux et des bouchons de cire dans les oreilles.
On l’a bien compris, tu es français, tu le répètes au moins trente fois dans ta chanson ( sans déconner)
Tu dis que malgré cela et je te cite, que la France te « regarde de haut » et qu’ils (qui ça « ils » ? le FN ? les méchants blancs ? les gens sains d’esprit ? Aie au moins le courage d’aller au bout de tes idées…) ne veulent pas que Marianne soit ta fiancée. Au pire et je te cite encore, tu vas l’ambiancer (petite parenthèse ce verbe n’existe pas, tu devrais le savoir puisque tu es français).
Soit.
Et tu rajoutes « peut-être parce qu’ils me trouvent trop foncé ». Aahh on y est ! La victimisation n’était pas assez prononcée jusque là ! Tu t’attaques au sujet qui fâche et tu avances l’argument choc de tous les abrutis qui justement n’en ont aucun : Le racisme, le diable en personne !!
Et c’est vrai Black Gland il faut bien l’avouer c’est chaud pour toi : Je veux dire, depuis les multiples attentats en France en 2015 et 2016, tous commis par des terroristes islamistes, c’est vrai qu’on s’en prend vachement plus aux noirs qu’avant !!
Pardon ? Qu’entends-je ? Les terroristes étaient tous arabes ? Ce sont eux qui sont le plus visés depuis ? C’est un autre débat certes, mais tout ça pour dire qu’autant ton refrain victimaire était déjà malsain et injustifié avant tout ça, autant aujourd’hui et vu le contexte explosif (c’est le cas de le dire) il est juste parfaitement déplacé.
Toi le rappeur noir riche à en crever tu souffres du racisme ordinaire ? Toi le pauvre mec dont on a annulé la venue à Verdun, non pas parce qu’il crachait sur la France dans ses chansons il y a encore quelques années mais uniquement à cause de sa couleur de peau (ironie inside) ? Toi le mec encensé par Arthur, Hanouna, les mères de famille célibataires et les gamins toutes religions confondues, tu es victime de racisme ? Laisse moi rire… Tu le subis probablement plus que moi, je te l’accorde. Mais pour le reste, ta position démago de pauvre victime de la Société on s’en serait largement passé.

Mais attends mon pote j’en ai pas fini avec toi, ça ne fait que commencer :
Je n’ai pas encore abordé le sujet qui vraiment me fout les boules et me donne envie de chier du sang, pire que quand je me tape l’intégrale de Sexion d’Assaut provenant des enceintes de ma connasse de voisine.
Ce sujet, c’est le caractère contradictoire entre le thème de ta chanson et ce que tu oses montrer/diffuser dans ton putain de clip. En gros tu te fous bien de notre gueule ducon, et je vais t’expliquer pourquoi :
Rappelons le si nécessaire même si c’est le sujet de la chanson, tu as beau être noir et d’origine guinéenne, tu te dis être français comme chacun ici, comme chaque être humain (je te cite à nouveau). Même si le message est débile de mièvrerie et qu’il est digne d’un élève de primaire sous tranxene, jusqu’ici admettons, je valide le message (j’en verserais presque une larmichette putain)

MAIS le souci mon pote, c’est ce que tu portes dans ce clip- ainsi que ton pote de propagande Youssoupha – à savoir un T-shirt avec l’inscription suivante je cite : « Justice pour Adama, sans justice vous n’aurez jamais la paix ».
Rappelons le contexte pour les plus ignares : Adama Traoré était l’une de ces nombreuses « chances pour la France » qui s’est fait arrêter par la police et est mort lors de son arrestation.
Emeutes, Autopsie, contre-emeutes, contre-autopsies, bref le résultat est sans appel : Le mec, en plus d’être un voyou de droit commun et probablement une raclure de bas étage, est mort de cause naturelle. Tout ça pour ça. Tout ce cirque aurait du s’arrêter là mais non, tes potes et toi réclamez justice pour Adama.
Quelle justice ? Pour quelle action ? Celle des policiers d’avoir fait leur boulot, d’avoir procédé à une  interpellation ? Désolé, je dois être un peu con, je vois pas.
Ah et entre parenthèses, t’as réclamé justice pour les enfants écrasés par l’autre fils de pute le soir du 14 juillet ? Ces familles entières massacrés comme des chiens, ils ont eu droit à « la justice » eux ? Est-ce que tu as pensé à la réclamer dans un de tes clips ?

Et donc pour revenir au sujet, sur ton T-shirt tu marques « sans justice VOUS n’aurez pas la paix. »
Et là je me permets humblement de te poser la question mon pote… C’est qui « vous » ? Les kouffars comme tu aimes à les appeler dans tes chansons? Les babtous fragiles ? Les « français de souche » ? Non sans déconner je vois pas, éclaire moi de ta divine lumière.
En clair dans ta chanson, tu dis que tu es français « comme nous », par contre quand tu réclames justice pour Adama, bizarrement il n’y a plus d’unité fraternelle… Il y a NOUS et VOUS.
En gros tu te mets toi-même en porte-à-faux vis à vis du discours que tu prônes.
Pour illustrer l’idée, quand ça t’arrange tu es français comme « nous », quand par exemple la France est en finale de l’Euro (ou bien quand il s’agit d’aller toucher ses allocs mais ça c’est cool t’as plus besoin de passer par là). Le reste du temps, quand par exemple il faut s’associer à la victimisation délirante d’un jeune de banlieue, tu te places dans l’autre camp, tu affirmes via ton vêtement que « NOUS n’aurons jamais la paix. »

Est-ce que tu te rends seulement compte de la connerie et de l’hypocrisie de ton discours ? Est-ce qu’il y a seulement des gens payés pour lire les inepties que tu couches sur papier (hygiénique) puis que tu enregistres en studio et si oui, à quel moment ont-ils mis leur cerveau de côté comme toi ?
Tu ne peux pas être dans deux camps à la fois mec – c’est trop  facile. Et quand je dis « deux camps », merci de te rappeler avant de crier au racisme que les fameux deux camps c’est TOI-MEME Black Sgeg qui souligne leur existence, pas moi.

En résumé Black Naze, j’en ai juste plein le cul de te supporter TOI et tous tes auditeurs débiles qui ne sont pas foutus de comprendre que tout cela va bien au delà de la simple interprétation d’une chanson pourrie et vaguement polémique.

Comprendre qu’on ne peut décemment pas faire l’apologie de ce genre de pseudo-artistes et de ces discours schizophrènes qui, sous couvert d’un soi-disant éloge du vivre ensemble, font en réalité l’apologie insidieuse du communautarisme le plus infâme qui soit.

Allez, sans rancune et bien à toi,

En attendant ta prochaine merde audiovisuelle,

Joe. »

Publicités